Séance 5

Le changement climatique

Le Vietnam face au Covid-19

Le pays, par mesure de sécurité, a annoncé la fermeture des écoles début février et l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes. Ces mesures ont été très utiles pour contrer les premiers cas de covid-19. Le 13 mars, les autorités vietnamiennes décidaient la fermeture des frontières aux ressortissants étrangers. Depuis, si une personne était entrée sur le territoire dans les 15 derniers jours ou était suspectée d’avoir été en contact avec quelqu’un présentant des signes du covid-19, celle-ci était automatiquement contactée par les autorités et accompagnée pour se faire tester. Si une personne était positive, elle était confinée à domicile ou elle était conduite dans un « camp de confinement » pendant 14 jours afin de suivre l’avancée des symptômes et éviter la contamination.

La propagation du virus a donc été bien maîtrisée par ces premières mesures, et le confinement général de deux semaines et demi mis en place mi-avril a limité les contaminations.

Le Vietnam a reçu de nombreux compliments pour sa gestion de la crise. Aujourd’hui, le pays a comptabilisé 288 cas, dont 252 personnes sont actuellement guéries, et aucun décès.

Ainsi donc, après plus de 3 mois de fermeture, les écoles au Vietnam ont pu rouvrir lundi 11 mai !

Une prérentrée a eu lieu le jeudi 7 mai : en effet, au Vietnam, ce sont les enseignants et les élèves qui sont en charge de la propreté de leur classe. Chacun a mis du sien pour nettoyer leur environnement de travail et permettre une rentrée dans de bonnes conditions sanitaires.

L’équipe de PE&D s’est joint aux étudiant.e.s pour leur souhaiter la bienvenue, et après un rappel des mesures sanitaires à respecter, la cinquième rencontre du Club Imagine à pu être réalisée ! De plus, la session était sur le changement climatique, sujet très intéressant en cette période de confinement à travers le monde, qui a montré les effets de l’activité humaine sur l’environnement.

Les élèves face au changement climatique

12 étudiant.e.s de Nhan Dao étaient présents pour cette rencontre post-confinement. Hoa, le travailleur social de PE&D, a invité les élèves à partager leur ressenti sur cette période. Beaucoup se sont rapprochés de leur famille et ont profité dans les premiers temps de ces « longues vacances », mais chacun avait très envie de reprendre le chemin de l’école et de retrouver leurs camarades.

La séance avait pour objectif de faire réfléchir les jeunes sur leur environnement actuel, l’idée qu’il.elle.s se font de la nature, pour les emmener à découvrir les causes du changement climatique, les enjeux, autant pour la planète que pour les hommes et les femmes, et enfin, proposer des solutions pour lutter contre ce phénomène.

Après avoir fait un tour de table des idées de chacun.e, Hoa à présenter la première activité : l’« ambassadeur » du climat.

Une personne devait faire deviner, par la parole ou le mime, le mot écrit sur un papier par Hoa. Ce jeu, très vivant et très expressif, a permis aux étudiants d’enrichir leur vocabulaire et d’aborder des concepts clés du sujet : météo, changement climatique, effet de serre, impact, etc.

Sur le même registre, les élèves ont ensuite rempli collectivement un mot fléché géant sur les effets négatifs du changement climatique. Les étudiant.e.s ont été particulièrement impliqués dans l’exercice. Tou.te.s connaissaient le changement climatique, mais sous-estimaient la grandeur du phénomène.  A leur échelle, ils et elles ont noté un changement dans la qualité de l’air pendant le confinement avec la diminution du trafic. Il.elle.s ont alors comparé l’impact dans leur ville à l’échelle de la planète pour se rendre compte notamment, de la pollution visuelle et auditive liée à la circulation.

Les causes du changement climatique

Divisés en deux groupes, les élèves ont réfléchi aux causes du problème. Chaque équipe devait identifier en 3 minutes le plus de causes possibles qui ont un impact négatif sur le climat.

Le premier groupe a identifié 8 causes, le second 12 !

Par exemple, les élèves ont mentionné le trafic excessif dans les villes qui participe à la pollution de l’air (particulièrement visible dans Saigon, ville célèbre pour ses nuées de scooters), la déforestation, la surpopulation ou encore la création de barrage hydro-électrique qui a entrainé la disparition de certaines espèces de poissons dans les eaux des rivières vietnamiennes.

Identifier les causes est une première étape, mais comment pouvons-nous agir pour remédier au changement climatique ?

C’est à cette dernière problématique que les étudiant.e.s ont répondu pour terminer la session. Collectivement, il.elle.s ont chanté une chanson en se passant une balle, lorsque la chanson était terminée, la personne ayant la balle devait citer une action à mettre en œuvre pour diminuer l’impact humain sur le climat !

Prendre de courtes douches, limiter l’usage de la climatisation, marcher au lieu de prendre la mobylette pour de courtes distances, réduire la consommation de viande, favoriser les produits locaux, etc. Les élèves regorgeaient d’initiatives réalisables à leur échelle !

Pour conclure, M. Chi, responsable des relations entre l’école et PE&D, a fait un discours sur l’importance du recyclage à l’école et à la maison !

Les élèves sont prêts à reprendre le chemin de l’école dans de bonnes conditions sanitaires, et sont motivés à mettre en œuvre des solutions écologiques dans leur quotidien, pour que cette reprise soit doublement positive !