Comment arriver à définir les termes d'un monde meilleur ?

Dans quel monde voulons-nous vivre ?
Venez y réfléchir avec nous sans quitter votre fauteuil ! 
 

– Ce soir de 19h à 22h, parlons Imaginaires avec nos amis de Sparknews pour la seconde édition de la Fabrique des Récits 

–  Demain à 20h, explorons « La mobilisation citoyenne en faveur des sans-abri » lors de la table ronde que nous organisons en live avec des acteurs du terrain partout en France 

– Quand vous le souhaitez, faisons le point sur la situation globale avec Frédérique Bedos 
et son nouvel invité « De L’intérieur », celui qui fut directeur général de la Banque Mondiale de 2013 à 2016, Bertrand Badré.

Mercredi 29 avril à 19h

“Dans quel monde voulons-nous vivre ? Quand les artistes et les médias contribuent à diffuser de nouveaux récits.” Dans la continuité de la Fabrique des Récits lancée par Sparknews le 5 mars dernier et de l’initiative l’Académie du Monde d’Après, cette conférence live, organisée avec le mediaClub’Green, réunira artistes, médias et experts pour discuter du rôle et du pouvoir de l’art pour créer et imaginer les mondes de demain.

Jeudi 30 avril à 20h

Exceptionnellement en cette période si délicate de crise sanitaire, nous organisons une conférence Live à laquelle vous êtes tous conviés. En cette veille de 1er mai, date historiquement dédiée à la fête du Travail, Le Projet Imagine a décidé de mettre un coup de projecteur sur « La mobilisation citoyenne en faveur des sans-abri ».  Face à la situation dramatique des personnes les plus démunies qui se retrouvent livrées à elles-mêmes dans les rues de nos villes et de nos campagnes, les Français s’organisent. Dans tout le pays, des initiatives voient le jour et elles témoignent de la réactivité, la créativité, la capacité à s’organiser et surtout de l’empathie des citoyens.   

Avec nos amis des associations Action Froid, Entourage, Lazare et #PourEux, nous évoquerons les défis quotidiens que représente ce combat et nous donnerons la parole aux acteurs sur le terrain à Paris, Lille, Nantes, Montpellier…

Entretien avec Bertrand Badré, PDG de Blue like an Orange, 
DG de la Banque mondiale de 2013 à 2016

     « A partir du moment où on met autant d’argent sur la table et où on engage autant les générations à venir, il faut qu’on aille dans la bonne direction et qu’on leur laisse une société équitable » 
Jean Fabre
 

Enorme, l’impact économique de la pandémie touche tous les pays du monde. Nerf de la guerre, la question des capitaux se pose de façon d’autant plus intense que l’inactivité planétaire va avoir un coût que d’aucuns prévoient pharaonique ! Et tout cela sur fond d’inégalités sociales et de crise environnementale.

Mais qu’en est-il vraiment ? Quelles sont les  options ? Ces interrogations, Frédérique Bedos les a posées à un expert de la finance internationale : l’ancien directeur général de la Banque mondialeBertrand Badré, s’est entretenu avec elle « De L’intérieur » pour évoquer ses préoccupations actuelles et ses espoirs quant à l’avenir. Celui qui a depuis créé un fond d’investissement éthique revient notamment sur les leçons apprises des précédentes crises financières, les contraintes de l’économie de marché, les notions de profit et de concurrence et plus généralement sur les limites du modèle néo-libéral et la difficulté de composer à 200 pays… 

Dans une langue fluide et accessible, souvent teintée d’humour, Bertrand Badré nous livre son sentiment sur la raison d’être des entreprises et en appelle à restaurer la confiance entre les différents acteurs – Etat Entreprises privées et Société civile – pour pouvoir ensemble relever les défis et faire société. 

#LesImaginers
#LeMondeSelonLesImaginers
#LesImaginersAtHome

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer