Séance 4

L'égalité de genre

Programme Ecoles Imagine - Séance n°4 à Hung Vuong - L'égalité de genre

13 juin 2020.

Après une longue période de pause liée au covid-19 et à la reprise progressive des cours au Vietnam, nous avons enfin pu retrouver les élèves de l’école professionnelle de Hung Vuong et poursuivre le club Imagine !

Néanmoins, peu d’élèves ont repris les cours. La crise sanitaire a entrainé une crise économique pour beaucoup de familles d’étudiant.e.s et certain.e.s ont dû trouver un travail pour aider financièrement leur famille. 12 élèves ont participé au club.

La première activité a amené les étudiant.e.s à débattre de la place des hommes et des femmes dans la société. Les deux sexes se sont vus attribuer une valeur : 5000 pour les filles et 2000 pour les garçons. Il.elle.s devaient alors se regrouper pour atteindre les sommes demandées par Hoa (le facilitateur). Il y avait seulement 2 filles dans la classe, et cette disparité à montrer qu’il était complexe d’atteindre les totaux lorsqu’ils étaient élevés. Après un échange entre les étudiant.e.s, il.elle.s ont conclu que lorsque la parité n’est pas atteinte, les décisions prises par exemple, ne reflètent pas la réalité comme les hommes, en général plus nombreux, sont plus représentés.

Homme et femme, quelle différence ?

Répartis en 3 groupes, les élèves ont énuméré les différences qu’il.elle.s connaissaient entre les deux sexes. Chaque groupe a énuméré de nombreuses caractéristiques, principalement physiques : pour eux.elles, la principale différence repose sur les organes reproductifs.

Hoa les a alors encouragés à pousser leur réflexion, sur ce qu’une femme représente pour la société vs ce qu’un homme représente, et les étudiant.e.s ont énuméré de nombreux stéréotypes : le rose est pour les filles, le bleu pour les garçons ; l’homme apporte le revenu au foyer, la femme reste à la maison, etc.

Pour faire suite à cet échange, Hoa a invité les groupes à discuter des inégalités de genre qu’il.elle.s connaissent : Inégalité salariale, inégalité face à l’emploi, double charge mentale pour les femmes, les femmes sont plus sujettes à la violence, etc.

Au Vietnam, la tradition familiale prime et les femmes, bien que leur rôle soit essentiel pour maintenir la famille unie, sont moins bien considérées en société.

Pour terminer, les élèves ont proposé à tour de rôle des solutions pour réduire les inégalités de genre. Pour Minh Anh, il faudrait améliorer la communication sur la thématique pour que les hommes et les familles prennent conscience des inégalités. Loc a suggéré que la parité dans les institutions et les entreprises soit imposée.

En milieu urbain, le Vietnam compte 96 hommes pour 100 femmes. Ce ratio alarme les autorités locales qui se posent la question de l’avenir des hommes qui ne pourront se marier et fonder une famille, mais la question de l’investissement des femmes dans la société reste sous silence.

13 juin 2020.

Après une longue période de pause liée au covid-19 et à la reprise progressive des cours au Vietnam, nous avons enfin pu retrouver les élèves de l’école professionnelle de Hung Vuong et poursuivre le club Imagine !

Néanmoins, peu d’élèves ont repris les cours. La crise sanitaire a entrainé une crise économique pour beaucoup de familles d’étudiant.e.s et certain.e.s ont dû trouver un travail pour aider financièrement leur famille. 12 élèves ont participé au club.

La première activité a amené les étudiant.e.s à débattre de la place des hommes et des femmes dans la société. Les deux sexes se sont vus attribuer une valeur : 5000 pour les filles et 2000 pour les garçons. Il.elle.s devaient alors se regrouper pour atteindre les sommes demandées par Hoa (le facilitateur). Il y avait seulement 2 filles dans la classe, et cette disparité à montrer qu’il était complexe d’atteindre les totaux lorsqu’ils étaient élevés. Après un échange entre les étudiant.e.s, il.elle.s ont conclu que lorsque la parité n’est pas atteinte, les décisions prises par exemple, ne reflètent pas la réalité comme les hommes, en général plus nombreux, sont plus représentés.

Homme et femme, quelle différence ?

Répartis en 3 groupes, les élèves ont énuméré les différences qu’il.elle.s connaissaient entre les deux sexes. Chaque groupe a énuméré de nombreuses caractéristiques, principalement physiques : pour eux.elles, la principale différence repose sur les organes reproductifs.

Hoa les a alors encouragés à pousser leur réflexion, sur ce qu’une femme représente pour la société vs ce qu’un homme représente, et les étudiant.e.s ont énuméré de nombreux stéréotypes : le rose est pour les filles, le bleu pour les garçons ; l’homme apporte le revenu au foyer, la femme reste à la maison, etc.

Pour faire suite à cet échange, Hoa a invité les groupes à discuter des inégalités de genre qu’il.elle.s connaissent : Inégalité salariale, inégalité face à l’emploi, double charge mentale pour les femmes, les femmes sont plus sujettes à la violence, etc.

Au Vietnam, la tradition familiale prime et les femmes, bien que leur rôle soit essentiel pour maintenir la famille unie, sont moins bien considérées en société.

Pour terminer, les élèves ont proposé à tour de rôle des solutions pour réduire les inégalités de genre. Pour Minh Anh, il faudrait améliorer la communication sur la thématique pour que les hommes et les familles prennent conscience des inégalités. Loc a suggéré que la parité dans les institutions et les entreprises soit imposée.

En milieu urbain, le Vietnam compte 96 hommes pour 100 femmes. Ce ratio alarme les autorités locales qui se posent la question de l’avenir des hommes qui ne pourront se marier et fonder une famille, mais la question de l’investissement des femmes dans la société reste sous silence.